Un anti-dépresseur naturel ?

Publié par Estelle Le 22 février 2012 Commenter

Saviez-vous que la France est le plus grand consommateur de médicaments psychotropes en Europe (en moyenne 2 fois plus !)?

Ce phénomène touche toutes les tranches d’âge, en particulier les personnes âgées (qui en consomment de manière chronique la plupart du temps) et plus les femmes que les hommes.

 

Est-ce à dire que nous sommes plus déprimés que nos voisins ?

 

A priori, non!

Ce qui change en revanche, ce sont les pratiques de prescription puisque dans 80% des cas, c’est le médecin traitant généraliste (et non le psychiatre spécialiste) qui va rédiger une ordonnance de médicaments psychotropes de type anxiolytiques, hypnotiques et anti-dépresseurs à la demande de leurs patients qui ont du mal à gérer les difficultés du quotidien.

Ainsi près de 50% des personnes qui consomment des anti-dépresseurs et près de 70% de celles ayant recours à des anxiolytiques et hypnotiques ne présenteraient pas les troubles psychiatriques justifiant de telles prescriptions… De surcroît, ni la nature, ni la durée des traitements ne seraient appropriées avec des prescriptions soit trop longues (6 mois pour des anxiolytiques par exemple alors que la durée maximale recommandée n’est que de 3 mois) soit trop courtes (pour un quart des patients, seulement 1 mois d’anti-dépresseurs alors qu’il faut un traitement d’au moins 6 mois pour se remettre d’un épisode dépressif).

 

 

Cette banalisation est d’autant plus alarmante que l’usage de médicaments psychotropes n’est pas dénué d’effets secondaires notables de type accoutumance, somnolence/insomnie, épilepsie/convulsions, boulimie/anorexie, troubles de la reproduction, de la sexualité, affaiblissement du système immunitaire, agressivité, confusion, paranoïa…

 

Il existe pourtant des alternatives naturelles à cette surconsommation de produits chimiques hautement toxiques pour notre organisme.

 

En effet, les recherches menées sur la physiologie des enfants autistes ont récemment réussi à mettre en évidence les propriétés anti-dépressives de la bétaïne. Cet acide aminé naturellement présent dans certains légumes dont la betterave notamment (mais également le brocoli et les épinards dans une moindre mesure) aide à la sécrétion naturelle par notre organisme de dopamine responsable du sentiment de bien-être et de sérotonine, calmant naturel améliorant les fonctions émotives et permettant de prendre de la distance avec les évènements. Le meilleur anti-dépresseur étant celui que l’organisme fabrique lui-même, cette solution naturelle a ainsi montré son efficacité dans plus de 70% des cas de dépressions.

 

Mais la bétaïne a également d’autres vertus.

 

Elle est efficace pour la digestion (vous connaissez sûrement le fameux citrate de bétaïne) ainsi que la détoxification hépatique (elle empêche l’accumulation de gras – les triglycérides – dans le foie) et diminuerait les risques d’artériosclérose (qui bouchent les artères) et de coagulation sanguine.

 

 

Consommer de la betterave (cuite mais surtout crue et sous forme de jus, riche en vitamine C qui plus est) aurait donc plus d’un bienfait mais pour obtenir des résultats probants quant aux effets cités plus hauts concernant les dépressions et les troubles du comportement, il est préférable d’avoir recours à des compléments de bétaïne naturelle, plus concentrés et donc plus efficaces.

Donnez votre avis