Solaires : les avantages des filtres minéraux

Publié par Estelle Le 12 juillet 2012 Commenter

En cette période estivale, vous n’êtes pas sans savoir combien il est important de se protéger afin d’éviter les néfastes coups de soleil et de préserver son capital soleil.

Si, entre mai et octobre, 10 minutes d’exposition quotidienne sans protection entre 10h et 16h sont recommandées pour aider à la synthèse de la vitamine D (pensez notamment aux parties du corps les moins exposées comme l’intérieur des bras où la synthèse de la vitamine D est plus efficace qu’un membre qui prend régulièrement le soleil), il est nécessaire d’utiliser ensuite une bonne crème solaire (même chez les peaux mates qui ne brûlent pas !) afin d’éviter les dangers du rayonnement UV (UVA et UVB).

 

 

 

Le soleil est vital… mais dangereux !

 

Chaque exposition, que ce soit en ville ou à la campagne, est un risque pour notre peau. Il faut savoir que même par temps voilé, 80% des UV filtrent à travers les nuages.

Or, pour une peau non protégée (claire ou mate), les effets de ces rayons sont néfastes à plusieurs niveaux :

 

–       accélération du vieillissement cutané

–       perte d’élasticité de la peau

–       lésions dégénératives (allergies solaires, tâches brunes, masque de grossesse…)

–       cancers cutanés…

 

Selon un rapport de l’ONU de 2007, les cancers de la peau sont prévus doubler entre 2000 et 2015 dans les pays à peau blanche… De quoi prendre conscience que nous ne sommes pas à l’abri !

 

Par ailleurs, l’OMS et l’Institut de Recherche contre le Cancer mettent en garde à la fois contre les dangers du rayonnement UV mais également de la cosmétique non naturelle… autrement dit des solaires contenants des filtres chimiques.

 

 

 

Pourquoi privilégier les filtres minéraux ?

 

Conçus à partir de poudres pigmentaires, les filtres minéraux non seulement nous protègent de manière efficace contre les UV mais sont également sans danger pour la peau et respectueux de l’environnement.

 

FILTRES CHIMIQUES

FILTRES MINERAUX

Fabriqués à partir de substances de synthèse Conçus à partir de poudres pigmentaires naturelles à fort pouvoir couvrant (oxyde de zinc, dioxyde de titane)
Réaction chimique par contact avec la peau (ils absorbent et transforment les UV dans la peau) Couche physique protectrice qui fait barrière entre la peau et le soleil
Protection contre les UV A et B mais action non immédiate (il faut attendre une vingtaine de minutes en général) Protection contre les UV A et B et efficacité dès l’application puisqu’ils reflètent les UV sur la peau
Instabilité à la lumière de certains filtres, d’autres traversent la barrière cutanée pouvant ainsi générer des modifications génétiques dans les cellules de la peau ou des déséquilibres hormonaux Pas d’effet secondaire de tolérance ou de toxicité.

Généralement, ils restent en surface de la peau et s’ils pénètrent le derme, ils remontent naturellement pour être éliminés avec les peaux mortes

Impact écologique : activation de virus capables de détruire les micro-algues (phytoplancton) vivant en symbiose avec les coraux Non polluants pour l’écosystème marin (poudres minérales naturelles)

 

Je porte néanmoins votre attention sur le fait qu’il faille privilégier des filtres minéraux sans nano-particules dont on ne connaît pas encore l’impact à long terme et le taux de pénétration intra-dermique. L’inconvénient, c’est que les solaires à base de filtres minéraux sans nano-particules sont difficiles à étaler et ont tendance à laisser des traces blanches.

Mon astuce pour vous faciliter leur application : enduisez-vous légèrement d’une huile (bio de préférence !) nourrissante et appliquer ensuite votre solaire qui s’étalera beaucoup plus facilement 😉

 

 

 

Tout le monde est concerné !

 

Commencez toujours par appliquer un indice plus fort en début d’exposition. Vous pourrez ensuite si vous le souhaitez réduire l’indice lorsque votre peau aura commencé à synthétiser de la mélatonine (donc que vous commencerez à arborer un hâle léger à modéré).

Si vous avez la peau claire et sensible, privilégiez un indice fort (30 à 50).

Si vous avez la peau mate et bronzez facilement, un indice faible à moyen peut convenir (10 à 20).

Si vous avez des tâches brunes, l’indice 50 devient incontournable.

Comme pour tout, la modération reste de mise et il est souhaitable d’éviter les heures d’exposition les plus chaudes (12-16h) où les rayons sont les plus néfastes.

Pensez également à nourrir votre peau après l’exposition afin de réparer votre épiderme en profondeur.

 

 

 

Les enfants sont encore plus vulnérables

 

Il est indispensable de protéger la peau de nos enfants dès le plus jeune âge avec des vêtements anti-UV complétés d’une protection solaire spécifique à base de filtres minéraux.

Pourquoi ? Tout d’abord, parce qu’il y a un risque de toxicité plus élevée chez l’enfant avec l’utilisation d’un solaire « classique ». D’autre part, la peau d’un enfant est plus fine et présente un taux de pénétration plus important des rayons solaires, une déshydratation plus rapide et un risque accru de brûlures.

Sachez qu’une peau fragilisée avant 10 ans restera vulnérable à vie.

Un indice élevé d’au moins 50 est alors préconisé pour préserver le capital soleil de nos enfants.

 

 

Je vous souhaite un très bel été à tous avec un beau bronzage sans danger :-) !

Donnez votre avis