Comment combattre la constipation ? (2/2)

Publié par Estelle Le 27 mars 2012 6 Commentaires

Nous avons vu dans un article précédent les bonnes habitudes d’hygiène de vie à adopter pour favoriser un bon transit.

Mais parfois cela ne suffit malheureusement pas.

Il faut savoir que les intestins représentent notre deuxième cerveau (il est le siège de nombre de nos ressentis et de nos émotions) et que le stress, l’anxiété et le manque de « lâcher-prise » contribuent parfois à psychosomatiquement ou mécaniquement « retenir » les selles au lieu de les évacuer.

Il existe pourtant des méthodes douces pour rétablir un transit « apaisé »

 

La supplémentation en probiotiques

La constipation est parfois due au déséquilibre de notre flore intestinale en réponse à une mauvaise alimentation, une prise d’antibiotiques ou encore au stress.

Il existe de très bons compléments de probiotiques (qui sont les bactéries « amies » qui constituent notre flore intestinale) disponibles en pharmacie. Il faut savoir qu’il faut au moins 4 souches de bactéries différentes pour bien réensemencer nos intestins.

Les laboratoires Pileje et Nutergia entre autres fournissent des probiotiques de qualité.

N’hésitez pas à vous supplémenter après chaque prise d’antibiotiques (pour les enfants aussi, et pas à l’aide de célèbres yaourts à boire SVP… !) afin de reconstituer votre flore, essentielle à votre transit et à votre immunité !

 

La phytothérapie

Les plantes peuvent également être d’un grand secours pour améliorer le transit.

Les mucilages de type psyllium ou ispaghul permettent de réhydrater les selles et donc de faciliter leur évacuation.

Le séné, la mauve ou de la rhubarbe sous forme de gélules peuvent également être des aides précieuses.

Pensez également aux jus de fruits concentrés tels que pruneaux, figues, pommes.

Un dérèglement du transit pouvant également être lié à un problème hépatique, le chardon-marie, le radis noir ou la fumeterre sont utiles pour drainer le foie et stimuler la vésicule biliaire. Et quoi qu’il en soit un drainage hépatique est utile de temps en temps, idéalement aux changements de saison (printemps et automne).

 

 

 L’homéopathie

L’homéopathie peut être d’un grand secours en cas de stress ou d’anxiété générant des troubles du transit.

–       Bryona 5 CH (4 granules, 2 fois par jour) est efficace ;

–       En cas d’absence d’envie d’aller à la selle, on peut également prendre en complément Opium 5CH ;

–       Si les selles sont dures et desséchées, Alumina 5CH peut aider

–       En cas de spasmes : Ignatia 5CH

On peut également compléter par des oligo-éléments comme le magnésium et le complexe manganèse-cobalt, une fois par jour.

 

Le yoga, le qi gong et autres techniques de relaxation

La constipation pouvant avoir un rapport avec la difficulté à « lâcher-prise » (on retient tout, ses émotions comme ses selles) et le stress, pratiquer des méthodes de relaxation telles que le yoga, le qi gong ou encore la sophrologie peut avoir un effet bénéfique sur la régularisation du transit.

Il faut pratiquer régulièrement, à raison d’au moins une fois par semaine, pour en retirer des bienfaits sur la gestion du stress et la libération des émotions.

  

 

 

L’acupuncture et la réflexologie plantaire

Ces méthodes énergétiques peuvent permettre de rétablir un « circuit » bloqué et faire en sorte d’harmoniser vos fonctions métaboliques.

L’acupuncture va agir sur les méridiens d’énergie qui circulent dans notre corps en stimulant certains points pouvant être impliqués dans la constipation, tels que gros intestin, intestin grêle, foie, vésicule biliaire.

La réflexologie plantaire, elle, agit également sur la circulation d’énergie mais part du principe que le corps est projeté en miniature dans le pied (riche de toutes les terminaisons nerveuses). En stimulant donc certains points du pied correspondant aux zones dites « réflexes » du côlon, du foie et de la vésicule biliaire, la réflexologie va permettre de rétablir la communication entre les différents organes et aider ainsi à la régularisation du transit.

 

 

Les massages et la kinésithérapie

L’automassage peut permettre de relancer la motricité d’intestins paresseux. En position allongée, il faut se masser le ventre autour du nombril dans le sens des aiguilles d’une montre pendant au moins une vingtaine de minutes pour que cela soit efficace. Ce massage est particulièrement recommandé pour les bébés et les enfants constipés.

Parfois, la constipation peut être due à un dysfonctionnement des muscles du périnée et de l’anus qui sont directement impliqués dans l’évacuation des selles. Une rééducation des ces muscles(ou biofeedback) chez un kinésithérapeute peut alors s’avérer très efficace pour venir à bout de la constipation. En général, une dizaine de séances (prises en charge par la Sécurité Sociale) suffisent pour retrouver un transit normal.

 

L’irrigation ou hydrothérapie du côlon

L’irrigation colonique est la version moderne du lavement. Elle consiste à introduire de l’eau (à une certaine température et pression et parfois additionnée de plantes ou de probiotiques) dans le gros intestin via l’anus et le rectum afin d’aller y déloger les matières fécales, mucus, toxines accumulés jusque dans les moindres replis. Il s’agit d’un circuit fermé qui évacue automatiquement les déchets produits rendant la manipulation totalement inodore.

Il est généralement conseillé de se supplémenter en probiotiques à l’issue d’une séance.

Cette technique permet de restaurer une meilleure hygiène intestinale et d’augmenter ainsi le péristaltisme (motricité intestinale) qui favorise l’évacuation des selles.

Plusieurs séances peuvent être nécessaires et participent activement à la détoxination générale de l’organisme.

L’irrigation colonique fera prochainement l’objet d’un article à part entière sur 1pommeparjour.

 

En espérant que les mesures d’hygiène prodiguées et le recours à une ou plusieurs de ces techniques alternatives vous évitent de recourir à des laxatifs chimiques et vous permettent de retrouver un transit « apaisé ».

Pensez d’abord à suivre les quelques mesures diététiques nécessaires à l’entretien d’un bon transit, en commençant par un jus de citron dans un verre d’eau tiède (éventuellement additionné d’un peu de miel) tous les matins à jeun pour relancer la machine après une nuit de sommeil 😉

 

 

 

 

6 Réponses.

  1. Corinne dit :

    Je confirme!!.. Je n’ avais plus de jus d’ orange et j’ ai remplacé par un jus de citron pressé dans un peu d’eau et l’ effet a été immédiat.
    Merci Estelle

    • Estelle dit :

      Merci de ton retour Corinne, en effet ça marche, je le teste personnellement depuis pas mal de temps et c’est assez radical!
      En fait, c’est simple, le citron agit sur le foie qui lui-même est en interaction directe avec les intestins.
      L’eau tiède a également son importance puisqu’elle a également une action stimulante (elle permet d’ouvrir les sphincters par vasodilatation contrairement à un liquide froid qui va contracter les vaisseaux et les tissus).
      Et pour finir, il faudrait bannir le jus d’orange à jeun, ça acidifie énormément notre organisme. Pensez au jus de pomme (tiédi donc de préférence!) en solution de remplacement au besoin 😉

  2. Sandrine dit :

    Décidément, le jus de citron a jeun est partout 😀
    Merci pour l’astuce, je vais m’y remettre de suite au jus de citron 😉

  3. C dit :

    J’ai de la gastrite Donc jus de citron pas recommande, Alors quoi pour aider LE problems de constipation? Merci

    • Estelle dit :

      Eventuellement une cure de chlorure de magnésium: il s’agit de sachets de 20g que l’on trouve en pharmacie et que l’on doit diluer dans 1L d’eau et conserver au frais (surtout pour le goût, le froid atténue son amertume).
      Il faut en boire un petit verre le matin (à jeun de préférence) et un petit verre le soir pendant 20 jours puis faire une pause de 10 jours et renouveler une fois. 3 à 4 cures par an seraient bénéfiques et contribuent également à votre apport en magnésium et donc aident à lutter contre les petits coups de fatigue (notamment aux changements de saison).

Donnez votre avis