La nocivité de l’aluminium sur l’organisme a fait l’objet de nombreuses études….

Phtalates, bisphénol A… depuis quelque temps maintenant, ces plastiques d’usage courant sont montrés du doigt. Il n’est pourtant pas toujours si facile de s’en passer mais certains sont meilleurs que d’autres.

Zoom en cuisine !

 

 

L’aluminium

 

A proprement parler, l’aluminium n’est pas un métal lourd mais ingéré, il se comporte comme tel dans l’organisme et sa toxicité sur les muscles, les os, le cerveau ainsi que le système nerveux a été largement démontrée.

Les batteries en aluminium (casseroles, poêles, couscoussier…) sont certes économiques mais s’ils ont été interdits dans de nombreux pays (pas en France !) en raison de la migration de l’aluminium dans les aliments, c’est bien qu’il y avait un risque sanitaire à les utiliser.

La mise en garde est évidemment identique concernant le papier aluminium qui ne devrait jamais être en contact direct avec les aliments et surtout pas lors de cuisson en papillotes (d’autant plus si vous utilisez un acide tel que le jus de citron qui oxyde l’aluminium !)

Préférez les ustensiles de cuisson en inox, fonte, terre cuite, porcelaine, verre.

Utilisez du papier sulfurisé (non blanchi) pour vos papillotes et ne vous servez de papier aluminium que pour l’entreposage des aliments, en évitant le contact direct notamment avec des produits acides (citron, tomates, vinaigre…) ou les aliments cuits encore chauds

Évitez les plats préparés en barquettes d’aluminium, les canettes…

 

 

Les boîtes en plastique 

 

 

 

En fonction de leur composition, elles peuvent libérer des composés toxiques, notamment au contact de corps gras ou de liquides chauds.

Pour les repérer, il suffit de regarder sous les boîtes où un numéro doit apparaître au centre d’un triangle conformément à la législation en matière de plastique alimentaire :

–       N°1, 3, 6 et 7 (respectivement PET, PVC, polystyrène et polycarbonate) : il faut jeter ! Leurs composés ont tendance à migrer et ce d’autant plus que la boîte est rayée, fendue ou décolorée !

–       N° 2, 4 et 5 (respectivement polyéthylène pour les 2 premiers et polypropylène) : on peut garder. Les 2 et 4 s’utiliseront principalement pour une conservation au frigo et le 5 dans les placards, à température ambiante.

–       Il reste néanmoins préférable d’utiliser des bocaux en verre (surtout pour un usage au micro-ondes) ainsi que des boîtes en acier inoxydable (inox)

 

 

Le film alimentaire

 

 

 

Il est généralement de 2 types :

 

–       A base de PVC (n°3) donc contient des phtalates qui peuvent migrer dans les aliments notamment gras tels que saumon fumé, fromages etc…

–       A base de polyéthylène basse densité (n°4), un peu plus sûr

 

D’une manière générale, éviter le contact direct entre le film et l’aliment.

Les plastiques étant liposolubles, il faut impérativement jeter tout produit gras qui a été en contact direct et prolongé avec un film plastique, surtout s’il a été exposé à la chaleur.

En guise de couvercle, il est préférable d’utiliser du papier sulfurisé (non blanchi) voire une assiette retournée, tout simplement !

 

 

Le silicone

 

 

On le croyait inoffensif ou presque quand la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) l’a pointé du doigt en 2004 en révélant que 44 des 81 échantillons analysés montraient un risque sanitaire en matière de sécurité alimentaire.

–       Si les moules contiennent du peroxyde (encore autorisé en France, interdit en Allemagne et en Suisse et souvent utilisé en Chine) : il faut jeter ! Pour le repérer, il suffit de pincer le moule en question : si une marque blanche apparaît, poubelle !

–       Si les moules portent la mention « Silicone Platinium », ils sont capables de résister à des températures de 260/280°C sans relarguer de composés nocifs.

–       Par mesure de précaution, il reste néanmoins préférable d’utiliser des moules en Pyrex® (borosilicate non coloré), des caissettes en papier (pour les cupcakes notamment) ou de la porcelaine blanche.

 

 

Ces solutions de remplacement restent à la portée de tous et relativement faciles à mettre en œuvre pour éviter toute pollution chimique excessive notamment quand elle peut être évitée 😉

A vous de jouer !

 

 

27 Réponses.

  1. Charles dit :

    Très bon résumé !

    Qu’en est-il des boîtes de conserve ? On conserve ou pas ?

    Concernant le plastique, il faut donc éviter l’huile d’olive dans les bouteilles en plastique ! :)

    • Estelle dit :

      Merci Charles :) et bonne remarque à propos des huiles en bouteilles en plastique 😉
      Concernant les boîtes de conserve, il faut savoir que le revêtement intérieur plastifié contient du bisphénol A, au même titre que les boîtes de lait maternisé (!) et les canettes d’ailleurs…
      Il est donc fortement recommandé de réduire (voire supprimer!) sa consommation de conserves (qui de toute façon n’apportent pas une très grande richesse nutritionnelle de par le procédé de conservation mis en oeuvre) et à défaut de s’orienter vers des bocaux en verre ou encore des surgelés :)

  2. Nathalie dit :

    Bonjour,toujours intéressant d’avoir une synthèse au lieu de devoir consulter 10 sites différents! J’ai une question concernant la consommation de riz cuit dans un sachet de cuisson (mon petit garçon en consomme régulièrement chez son papa alors que j’évoque le principe de précaution vis-à-vis de ce type de produit): dans la mesure où le plastique est plongé plusieurs minutes dans l’eau bouillante, le risque de migration vers l’aliment est-il réel?
    merci pour votre avis !

    • Estelle dit :

      Bonjour Nathalie, je n’ai pas réussi à trouver de quoi étaient faits ces sachets cuisson mais quel que soit le plastique utilisé, en effet, le risque de migration de contaminants augmentant avec la température, je vous recommande d’essayer de faire appliquer au papa de votre petit garçon le principe de précaution afin d’éviter l’usage de cette méthode de cuisson… les enfants étant d’autant plus fragiles à l’exposition aux contaminants de toute sorte! Il est alors nettement préférable d’utiliser une cuisson normale du riz (pilaf, créole voire encore mieux, vapeur douce) qui n’est pas plus compliquée à mettre en oeuvre que l’utilisation de sachets cuisson! Un verre de riz cru correspondant à 2 portions, il est très facile de doser et l’étape de l’égouttage dans une passoire (en cas de cuisson créole, la plus répandue) guère plus longue que l’égouttage du sachet cuisson et sans le risque de se brûler de surcroît!

  3. Alain dit :

    Bonjour, est-on certain que les PET sont dangereux? d’après wikipedia, il y a controverse et ce serait surtout le PVC qui serait dangereux..

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Polyt%C3%A9r%C3%A9phtalate_d'%C3%A9thyl%C3%A8ne

    Sinon, le pire serait l’ALU..
    http://www.youtube.com/watch?v=TN0QXtaeYZI

    Halala.. il faut revenir au verre.. bouteilles, bocaux..

    • Estelle dit :

      Bonjour Alain,

      Merci de votre contribution.
      Concernant les PET, les avis divergent effectivement et Wikipedia n’est pas une source fiable à mon sens pour la valeur des données scientifiques.
      Les PET sont largement impliqués dans le procédé de fabrication des bouteilles en plastique et là encore, les lobbies sont tellement puissants qu’ils sont capables de faire dire ce qu’ils veulent aux études soit-disant indépendantes…
      Personnellement, j’essaie dans ces cas-là d’exercer le principe de précaution et, dans le doute, je préfère m’abstenir ou modérer ma consommation.
      Je viens par ailleurs de visionner la vidéo sur l’alu, j’en connaissais déjà très bien la problématique mais ce reportage est très bien fait (merci Arte!) et je conseille à tout un chacun de le regarder pour prendre connaissance des multiples conséquences de l’utilisation massive de l’aluminium (qui n’existe pas de manière isolée à l’état naturel, il faut le savoir) dans l’industrie chimique, pharmacologique et agro-alimentaire… Merci pour le partage :-)

      Effectivement, il faut au maximum privilégier le verre quand cela est possible…

  4. Popescu Teodora dit :

    Bonsoir

    je souhaiterais vous poser une question: si dans unmoule silicone on met du papier cuisson est-ce que le peroxyde peut tjs passer dans les aliments

    d’avance merci

    Teodora

    • Estelle dit :

      Bonjour Teodora,

      J’aurais tendance à penser que non mais comme je ne suis pas chimiste je ne peux pas vous garantir que le papier sulfurisé assure une parfaite étanchéité contre le peroxyde… Dans ces cas-là, je préfère appliquer le principe de précaution et vous recommander de changer vos moules silicone.

    • RP dit :

      Le papier cuisson est très souvent siliconé sur ses deux faces donc dans tous les cas…

  5. Nelle dit :

    Bonjour,

    J’ai lu avec attention vos commentaires, car moi aussi je me pause beaucoup de question sur la toxicité des contenants alimentaire. Ok, non à l’aluminium et j’évite les plastique dés que je le peu. Donc je me dis bon ok j’adopte le verre et là oh grande surprise… les verres que l’on peu chauffer sont composés en patrie de quoi ? Bingo d’aluminium… A force franchement quoi utiliser pour ne pas risquer des problèmes de santé. S,i une solution, manger cru !!!!! ^^

    • Estelle dit :

      J’approuve totalement vos réticences et je suis bien placée pour savoir que dans cette société moderne on peut facilement se sentir perdu entre toutes les recommandations/mises en garde dont notre alimentation/mode de vie font l’objet.
      Je n’ai personnellement jamais entendu parler que le verre pouvait contenir de l’aluminium contrairement au plomb mais cela ne m’étonnerait pas…
      Encore une fois, à vous d’appliquer le principe de précaution comme bon vous semble: si le verre contient en effet de l’alu, les concentrations sont probablement nettement inférieures à une feuille d’alu… Savez-vous que l’eau du robinet est également fréquemment incriminée pour sa concentration en alu? Mais l’eau en bouteille contient des phtalates…! Bref, à moins d’investir dans un osmoseur inverse (qui purifie l’eau du robinet) et de manger cru et frais tout le temps comme vous le proposez en effet, on est obligé de composer avec notre société! Ma devise: pas d’abus en rien mais de la diversité et… des cures de détox au moins 2 fois par an 😉

  6. awa nekkinnan dit :

    UN BRAVO POUR VOTRE ARTICLE .
    je suis entrain de vider la maison familiale et du coup j’ai retrouvé la batterie de cuisine en alu que maman conservait religieusement (donc poubelle !) et quelle chance une multitude de plats en verre !
    PYREX je garde mais …tous les verres sont ils bons à garder ? pour la maison que je donne en location a djerba j’ai acheté des plats en verre mais sur place …et je ne garantie pas la fabrication en tunisie ..NE PEUT IL Y AVOIR DU PLOMB ? là aussi je sais par exemple qu’on ne doit pas mettre du vin dans les carafes en cristal mais les autres verres ???…
    merci pour vos infos

    • Estelle dit :

      Je ne saurais vous assurer que le verre est totalement exempt de toute toxicité et ce notamment en fonction de son origine.
      Mais j’ai tendance à penser que les toxiques éventuellement emprisonnés dans le verre migrent peut-être moins facilement que ceux des plastiques…?
      Quoi qu’il en soit, je préfèrerai toujours le verre plus « naturel » au plastique chimique…

  7. Marie dit :

    Bonjour !!je viens de lire cette page et j’ai jeté un œil dans mon placard… à la recherche des fameux numéros décrits ci dessous.
    grosse incertitude quant à tupperware car aucune des boites que j’ai ne compte clairement de numéro à un chiffre. je dispose de vieilles boites et si j’ai pu faire le tri (j’avais beaucoup de classe 5 !! Heureusement). J’aimerais savoir à quoi m’en tenir quant à l’un des principaux fabricants de boite en plastique…est ce que cela dépend des années de fabrication, ma mère m’a transmis des boites qu’elles utilisaient déjà y’a 20 ans par exemple… donc je me dis que ça doit pas être super mais qu’en est-il en réalité ? merci d’avance !!
    Marie

    • Estelle dit :

      Tupperware assure qu’ils ont retiré le BPA de tous leurs plastiques depuis 2012… Donc a priori vos anciens contenants sont de la vieille génération… Le principe de précaution s’impose donc même si ces contenants fort pratiques au demeurant ne sont pas toujours faciles à remplacer!

  8. Ilerine dit :

    Bonjour,

    Qu’en est-il des fameux Tupperware??? Nous avons tous dans nos placards ces moules en silicone, ces cocottes ultra plus, tous ces ustensiles qui vont à la fois au frigo ou au four. Sont-ils tous à jeter ?

    Grand merci pour toutes ces infos !

    • Estelle dit :

      En effet, peu de Tupperware portent la mention du plastique qui les constitue mais la marque se défend d’utiliser des plastiques toxiques et ce, soit-disant depuis quelque temps déjà… J’émets pour ma part le plus grand scepticisme et applique en conséquence le principe de précaution: je ne me sers que très exceptionnellement de ce genre de contenant et surtout ne les place jamais au micro-ondes pour réchauffer leur contenu!
      Il faut savoir que certains plastiques sont actuellement en cours de substitution mais qu’on ne connaît pas les effets « secondaires » éventuellement toxiques de ces nouveaux matériaux… Certains commencent d’ores et déjà à les targuer de « pires » comparativement au BPA notamment…
      La prudence est donc de rigueur…!

  9. chantal dit :

    Bonjour,

    j ai vu que cette page ne datait pas d aujourd’hui seulement je me pose des questions sur les emballages en plastique que nous fournissent les entreprises de restauration de collectivités.
    je travail dans une cantine pour les enfants et nous sommes livrer dans des barquettes en plastique; Nous n avons qu’a percer ou enlever l opercule transparent et placer les barquettes au four a chaleur tournante pendant le temps indiquer!
    Mais voilà il arrive que ses opercules se collent entre elles lorsque les plats se touches dans le four. Et pire encore il nous est arriver que les barquettes elles même fondent! je doute que cela soit très sains pour les enfants comme pour nous?
    pouvez vous m en dire plus??
    merci.

    • Estelle dit :

      Bonjour,

      Je ne sais pas de quoi sont faites les barquettes en plastique que vous citez mais tout ce que je peux vous dire c’est qu’aucun plastique en contact avec des aliments ne devrait être chauffé car la chaleur fait relarguer des composés toxiques… Malheureusement oui, on intoxique des enfants par le contenant de leurs repas mais aussi, croyez-moi, par le contenu…

  10. ANDRE dit :

    Bonjour,
    Je m’interroge sur la toxicité des contenants lors de la congélation et donc sur la migration de molécule toxique du contenant vers l’aliment lors de la congélation. Par précaution, j’ai décidé de n’utiliser aucun plastique. Je n’ai cependant pas trouvé d’étude sur ce sujet (les études sont juste faites pour l’impact de la cuisson). A votre avis, les moules de cuisson BIOFOODPACK en papier sulfurisé biodégradable (donc ne contenant pas de silicone) sont-ils sécuritaires pour la congélation ? il est mis qu’on peut les utiliser jusque -40°C. mais de l’acide sulfurique risque-t’il de migrer ds l’aliment lors de la décongélation ?

    Merci pour votre réponse…

  11. therese Delfel dit :

    Bonjour et un grand BRAVO ! Un grand merci aussi pour cette synthèse ! On ne dira jamais assez à mon sens que TOUS les plastiques posent d’ENORMES PROBLEMES, ne fut ce qu’en raison de leur provenance fossile, du pouvoir qu’ils donnent aux géants du CAC 40 par le biais de NOS achats et par la pollution sur des siècles qu’ils impliquent obligatoirement. Seules les matières dites « organiques », verre, porcelaine (sans plomb), bien sûr papiers (quand pas « traités »)et l’inox conviennent, que ce soit pour cuisiner ou pour contenir des denrées chaudes, grasses, acides ou fortement minéralisées. Même l’eau en bouteilles plastiques pose un problème monstrueux, c’est dire ! Affranchissons nous du plastique en sortant carrément de l’ère plastifère !!

  12. Quintin dit :

    Que pensez-vous des emballages de cuisson pour le riz (vendus par toutes les marques)? Et en quoi sont-ils fabriqués? Y-a-t-il danger à consommer le riz cuit ainsi? Merci de me répondre. Pierrette

    • Estelle dit :

      Honnêtement, je ne sais pas de quoi ils sont faits mais le principe de précaution devrait prévaloir… Pourquoi ne pas revenir à une cuisson normale du riz dans l’eau puis l’égoutter une fois cuit? Ce n’est guère plus long et la vaisselle est bien vite faite 😉

  13. Manon dit :

    Bonjour, je suis étudiante en Packaging je m’interesse beaucoup aux problèmes de migration des emballages.
    Je trouve votre article très interessant et très simple à comprendre. Je trouve cela très affligeant que les consommateurs ne soient pas plus informés sur les risques qu’ils courent lors de l’utilisation de certains emballages …. J’ai moi même changé mon mode de vie depuis que j’étudie les emballages.

Donnez votre avis